Le laboratoire joue un rôle crucial dans les programmes de prévention, de prise en charge et de contrôle des maladies. Un de ses rôles majeurs est la mise à disposition d’informations fiables nécessaires pour dépister les cas, à la prise en charge des patients, au suivi de l’efficacité du traitement, la surveillance des effets indésirables, la détection de mutants résistants et la riposte aux épidémies.

Cependant, la disponibilité et l’accès à des services de laboratoire de qualité, constituent encore de grands défis pour les pays africains. Les conséquences de l’absence ou de la faiblesse des laboratoires exposent à des traitements peu ou non efficaces, à des décisions de santé publique inadéquates et inopérantes de même qu’à la perte de ressources financières et finalement à une diminution de la crédibilité du système de santé.

Ainsi, les laboratoires de biologie médicale (LBM) sont parfois non fonctionnelles, leurs équipements souvent vétustes avec un manque aigu d’approvisionnement en réactifs et consommables. L'on note également une pénurie en personnel technique compétent; une insuffisante de formations, un manque d’informations et de documentations; une faiblesse de programme d’assurance et de contrôle de la qualité, et une méconnaissance des activités des LBM par " le grand public".

Pour faire face à cette situation, à l’instar des pays membres de la Région Africaine de l’OMS, la Côte d’Ivoire a ratifié de nombreuses résolutions parmi lesquelles figurent la Résolution AFR/RC48/R2 relative à la mise en œuvre de la « Stratégie Régionale de la Surveillance Intégrée de la Maladie et la Riposte » prise lors du 48ème Comité Régional de l’OMS tenu à Harare en Septembre 1998, le RSI(2005) adopté par la 58ème Assemblée Mondiale de la Santé le 23 mai 2005 et entrée en vigueur le 15 juin 2007 et la Résolution AFR/RC/58/R2 prise lors du 58ème Comité Régional de l’OMS tenue du 1er au 5 Septembre 2008 à Yaoundé, portant « Renforcement des laboratoires de Santé Publique dans la Région Africaine : un besoin crucial pour la lutte contre la maladie ». Par cette résolution, la Côte d’Ivoire s’est engagée à développer une politique nationale des laboratoires médicaux, assurer le financement adéquat des services de laboratoire, et à formuler un plan stratégique national des laboratoires médicaux. Ce dernier a défini huit objectifs dont :

  • Le renforcement des capacités de maintenance des équipements des LBM
  • Le Développement des normes d'infrastructures de laboratoire par niveau de la pyramide
  • La définition des spécifications des équipements par niveau de la pyramide
  • L'établissement ou l'élaboration de fiche de poste des personnels au laboratoire par niveau de la pyramide cheapest cialis uk
  • La standardisation et l'harmonisation des procédures d'acquisition des équipements et d'approvisionnement des intrants
  • Le renforcement de la formation des biologistes des LABM et des formateurs
  • La révision des curricula de formation initiale des Biotechnologistes
  • Le renforcement de la formation continue des personnels des LABM et autres personnels de santé intervenant dans les activités de laboratoire
  • Le renforcement du système de sélection et d'approvisionnement des réactifs et consommables
  • Le renforcement du système de gestion de stock des réactifs et consommables
  • Le suivi et évaluation du système d'approvisionnement, de gestion et de distribution des réactifs et consommables.
  • Le renforcement du système de communication des LBM

L'application de toutes ces solutions permettra d'offrir aux clients des résultats fiables et exacts avec un nouveau leadership des professionnels des laboratoires. La semaine mondiale des laboratoires dont le thème est "Offrir des résultats fiables et exacts avec un nouveau leadership des professionnels de laboratoire" est ainsi organisée pour contribuer à la promotion de la biologie médicale, la valorisation des métiers de la biologie et au renforcement du système de communication des LBM en Côte d'Ivoire.

Partager